12 years a slave 0

Synopsis

Les Etats-Unis, 1841, quelques années seulement avant la guerre de Sécession. Solomon Northup, fils d’affranchi et homme noir libre, vit avec sa famille dans l’état de New York où il gagne sa vie comme charpentier et joueur de violon. Attiré à Washington par une fausse offre d’emploi, il est enlevé puis vendu comme esclave en Louisiane sous le sobriquet de Platt. Face au traitement inhumain que lui inflige un propriétaire de plantation de coton, il va se battre pendant 12 ans pour préserver sa dignité et recouvrer enfin sa liberté.


12 years a slave,
de Steve McQueen,
avec Chiwitel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch, Lupita Nyong’o,
USA,
2h13, 2013.

Avis CInélangues

Inspiré par un incroyable récit autobiographique publié en 1853, le réalisateur de Hunger et Shame livre, au travers du destin unique de Solomon Northrup, un vibrant plaidoyer pour la liberté et les droits de l’homme. Sa mise en scène, jamais complaisante, effectue un remarquable travail sur le temps, étirant en longueur ce calvaire de 12 années, et le magnifiant par le contraste avec la très grande beauté visuelle du film, due à la remarquable photo du chef opérateur Sean Bobbitt. Steve McQueen non seulement nous éclaire sur la période de l’esclavage aux Etats-Unis avant son abolition par le 13ème amendement, mais nous invite également à une réflexion sur les formes modernes d’esclavage dans le monde contemporain (27 millions de personnes en 2013 selon une enquête de la BBC).
Ce film extrêmement riche peut donner lieu à une réflexion sur de nombreux thèmes. Le double rôle très controversé de la religion vis à vis de l’esclavage, servant à la fois d’argument de légitimation divine des esclavagistes et de refuge moral aux esclaves, peut s’appuyer sur la comparaison des passages de la Bible lus par les différents maîtres de Solomon Northup / Platt, et l’étude comparative des deux negro spirituals que l’on entend dans le film « Run Nigger, run » et « Roll Jordan, roll ». Un parallèle avec le Django Unchained de Quentin Tarantino pourrait s’avérer pertinent : sujet identique, visions différentes…”

Public conseillé : Lycée

Thèmes : Lieux et formes du pouvoir / Les religions et le pouvoir : soutien et figure de résistance ? / Écriture, parole et pouvoir / Pouvoir et mémoire

Dossiers pédagogiques :

http://www.12yearsaslave-lefilm.com/enseignants/

http://www.e-media.ch/CMS/default.asp?ID=631

Share